Discovering what life is about

Qelle est la recette du bonheur ?

 

Quelqes choix simples mais qui peuvent devenir très importants :

 

- être sympathique avec quelqu’un ou ne pas l’être ;

- apprécier les bonnes choses de la vie ou considérer qu’elles sont normales et acquises ;

- respirer profondément pour se détendre ou continuer à être stressé ;

- traiter la vie avec gravité ou faire preuve d’humour et de légèreté ;

- être sur la défensive ou être ouvert ;

- considérer ses propres faiblesses ou plutôt ses atouts ;

- souffrir d’un échec ou en tirer les leçons ;

- s’ennuyer dans la routine ou chercher la nouveauté dans son quotidien.

 

 

 

- être sympathique avec quelqu’un ou ne pas l’être

- apprécier les bonnes choses de la vie ou considérer qu’elles sont normales et acquises

- respirer profondément pour se détendre ou continuer à être stressé

- traiter la vie avec gravité ou faire preuve d’humour et de légèreté

- être sur la défensive ou être ouvert

- considérer ses propres faiblesses ou plutôt ses atouts

- souffrir d’un échec ou en tirer les leçons

- s’ennuyer dans la routine ou chercher la nouveauté dans son quotidien

 

 

Nous oublions que nous avons la faculté de choisir à chaque moment de la vie. Ces petits choix peuvent être essentiels.

 

 

Ref : https://www.caminteresse.fr/psychologie/mais-cest-quoi-la-recette-du-vrai-bonheur-1166078/

 

 

Qelle est la recette du bonheur

 

Est-ce que tu veux avoir une vie agréable et connaître des jours heureux ?

Alors ne dis pas de mal des autres.

Evite les mensonges.

Fuile le mal, et fais le bien.

Recherche la paix et poursuis-la.

1Pierre 3:10-11

 

LA BIBLE / Nouveau testament / 1 Pierre / Chapitre 3 /

8 Enfin, soyez tous animés des mêmes pensées et des mêmes sentiments, pleins d'amour fraternel, de compassion, d'humilité.

9 Ne rendez point mal pour mal, ou injure pour injure; bénissez, au contraire, car c'est à cela que vous avez été appelés, afin d'hériter la bénédiction.

10 Si quelqu'un, en effet, veut aimer la vie Et voir des jours heureux, Qu'il préserve sa langue du mal Et ses lèvres des paroles trompeuses,

11 Qu'il s'éloigne du mal et fasse le bien, Qu'il recherche la paix et la poursuive;

12 Car les yeux du Seigneur sont sur les justes Et ses oreilles sont attentives à leur prière, Mais la face du Seigneur est contre ceux qui font le mal.

 

Ref : https://www.enseignemoi.com/bible/1-pierre-3-4.html

 

 


 

 

 

Le bonheur, ça se partage avec les gens qu’on aime beaucoup, mais aussi avec tous les autres. Selon un sondage Ipsos pour l’Observatoire du Bonheur, 75 % des français disent partager systématiquement ou presque leurs moments de bonheur via les réseaux sociaux (selfies etc.). Et cela concerne toutes les générations : 88 % des moins de 35 ans, 71 % des 35-59 ans et 65 % des plus de 60 ans. Pourquoi ? Parce que cela renforce leur bonheur répondent 87 % des personnes interrogées.

Par ailleurs, quelques jours auparavant, le fameux rapport mondial sur le bonheur, The World Happiness Record, établi par « une équipe d’experts indépendants agissant dans leurs capacités personnelles », et commissionné par l’ONU, a été publié. Résultat : les Danois seraient les plus heureux du monde, tandis que les Burundais les plus malheureux. La France se situe en 32ème position, après la Colombie mais avant la Thaïlande. Pour connaître le classement complet, parcourez le document ci-dessous.

 

Mais au fait, c’est quoi exactement le bonheur ? Et surtout comment l’atteindre ? Pour Tal Ben-Shahar, philosophe et auteur de Choisir sa vie, 101 expériences pour saisir sa chance (éd. Belfond), la félicité est à la portée de tous, simple question d’attention… et de choix.

 

Entretien avec celui qu’on appelle le « célèbre professeur de bonheur à Harvard ».


L’idée de votre livre Choisir sa vie est venue alors que vous étiez à la limite du burn-out. Comment un expert en bonheur peut-il en arriver là ?

Le mot le plus difficile à prononcer, quelle que soit notre langue, c’est « non ». Surtout lorsque les demandes ou propositions qui nous sont faites sont attrayantes. Je diffusais la psychologie positive depuis dix ans. C’était important pour moi et je disais oui, trop souvent, à des conférences, à des entreprises, à des projets… A la veille d’une longue intervention, je me suis retrouvé exténué. J’ai ressenti une fatigue intense et pris conscience que j’allais droit au burn-out. La dernière des choses dont j’avais envie était de parler devant un auditoire pendant trois jours. Et j’ai soudain réalisé que j’avais le choix : celui de vouloir ou non me tenir devant ce public. Et que si je choisissais de le faire, je pouvais choisir de subir ou, au contraire, de puiser de l’énergie dans l’enthousiasme des participants et dans ma propre conviction. J’ai réalisé que, dans une large mesure, la façon dont on vit les expériences dépend largement de soi.

 

 

De quel type de choix parle-t-on ?

Je fais la distinction entre les choix difficiles et les choix rhétoriques. Les choix difficiles, c’est par exemple quelles études on va faire. Ou décider de passer le reste de sa vie avec telle personne, de fonder une famille, etc. Mais mon propos concerne surtout les choix rhétoriques, c’est-à-dire des choix simples mais qui peuvent devenir très importants. Par exemple, être sympathique avec quelqu’un ou ne pas l’être ; apprécier les bonnes choses de la vie ou considérer qu’elles sont normales et acquises ; respirer profondément pour se détendre ou continuer à être stressé ; traiter la vie avec gravité ou faire preuve d’humour et de légèreté ; être sur la défensive ou être ouvert ; considérer ses propres faiblesses ou plutôt ses atouts ; souffrir d’un échec ou en tirer les leçons ; s’ennuyer dans la routine ou chercher la nouveauté dans son quotidien. Nous oublions que nous avons la faculté de choisir à chaque moment de la vie. Ces petits choix peuvent être essentiels.

 

« Les petits choix jouent automatiquement un rôle dans la réussite de la relation à long terme. Or, souvent, les gens pensent que les grands choix sont plus importants », Tal Ben-Shahar.

 

Dans une relation, nous pensons souvent que les choses importantes sont les grands projets : partir ensemble autour du monde, acheter une bague avec un gros diamant à sa partenaire… Cela a bien sûr un impact sur une relation. Mais c’est aussi le cas des petits choix. Par exemple, est-ce que j’embrasse ma compagne avant de partir au travail le matin ? Est-ce que je lui dis que je pense à elle, etc. Ces petits choix jouent automatiquement un rôle dans la réussite de la relation à long terme. Or, souvent, les gens pensent que les grands choix sont plus importants.

 

 

Comment appliquer cela au quotidien ?

La question à se poser est : sur quoi je choisis de fixer mon attention ? Un exemple, ici et maintenant : je me concentre sur le fait que je suis fatigué et que j’ai mal au dos, ou que j’ai une opportunité de partager ce qui est si important pour moi ? Une autre illustration : il y a deux ans, nous avons fait un emprunt avec ma femme pour acheter notre maison. A chacun des rendez-vous à la banque, notre interlocutrice avait toujours l’air très enthousiaste. Pourtant, son travail consistait quand même essentiellement à nous montrer des tableaux Excel et à signer des papiers. J’ai fini par lui demander pourquoi elle semblait si heureuse ? Sa réponse fut : « J’adore mon travail, parce que tous les jours, j’aide des gens à réaliser leurs rêves. Et aujourd’hui, je vais vous aider à en faire autant. »

Cette femme aurait pu se focaliser sur le côté répétitif de son travail, mais non, elle avait choisi un autre aspect. Et ceci fonctionne à chaque fois qu’on porte notre attention sur quelque chose dans notre vie. Avec un partenaire, par exemple. Quand quelqu’un me parle de ses problèmes de couple, j’ai une réponse-type qui fonctionne presque à tous les coups, c’est : je connais le problème avec ton partenaire, c’est qu’il n’est pas parfait. Et il y a un deuxième problème, c’est que le partenaire de ton partenaire n’est pas parfait non plus. La vraie question est sur quoi on se focalise : sur les imperfections ou sur les qualités ?

 

« Beaucoup d’études montrent que quand on voit quelqu’un faire quelque chose de bien, cela conduit à faire de même », Tal Ben-Shahar.

 

Parmi les exemples de micro-choix, vous proposez « s’attaquer aux problèmes plutôt que s’attaquer aux gens ». Cela consiste en quoi ?

Beaucoup d’études sur les relations, amoureuses, personnelles ou professionnelles, montrent à quel point il est important de les distinguer. Si quelqu’un fait quelque chose avec laquelle je suis en désaccord, et que je l’attaque en lui disant : « Tu es stupide, ou incompétent » ou « Pourquoi tu as fait ça ? », cette personne va se focaliser sur le reproche que je lui fais, pas sur la façon de mieux faire la prochaine fois. Elle va se braquer sur sa peur d’être réprouvée de nouveau, ou sur les moyens de fuir sa responsabilité. Tandis que si je me focalise sur le problème rencontré, elle se focalisera naturellement aussi dessus et sur le moyen de l’éviter une prochaine fois, plutôt que sur ses émotions inconfortables.

 

Comment ne pas se sentir débordé par la multitude de choix qui s’offrent à nous ?

J’aime beaucoup cette histoire de l’homme sur la plage de Mexico qui ramasse des étoiles à marée basse pour les remettre à l’eau. Un touriste passe et lui dit : « Mais à quoi bon, il y en a des milliers ? » Il en attrape une autre, la remet à la mer et répond : « Pour celle-ci, ça fait la différence. » On peut faire la différence dans toutes les situations de la vie, en faisant des choix positifs. D’autant plus que la plupart sont contagieux : beaucoup d’études montrent que quand on voit quelqu’un faire quelque chose de bien, cela conduit à faire de même. Car cela touche notre cerveau de la récompense. Cela commence par le choix de sourire. Les plus petites actions peuvent avoir un impact beaucoup plus grand qu’on ne l’imagine, et c’est ainsi qu’on change le monde : un petit choix à la fois.

 

Par l'équipe Ça m'intéresse

 

Ref : https://www.caminteresse.fr/psychologie/mais-cest-quoi-la-recette-du-vrai-bonheur-1166078/

 


 

---
Categories : Life purpose    Themes : Wisdom
Share |
add a comment...

0 Comment

Leave a Comment