Discovering what life is about

Life is like a music, so sing and dance while it plays

Alan Watts,

 


 

The existence, the physical universe is basically playful.

 

There is no necessity for it whatsoever. It isn’t going anywhere. That is to say, it doesn’t have some destination that it ought to arrive at.

 

But that it is best understood by the analogy with music. Because music, as an art form is essentially playful. We say, “You play the piano” You don’t “work the piano”.

 

Why? Music differs from say, travel. When you travel you are trying to get somewhere. In music, though, one doesn’t make the end of a composition.

 

The point of the composition. If that were so, the best conductors would be those who played fastest. And there would be composers who only wrote finales. People would go to a concert just to hear one crackling chord… Because that’s the end!

 

Same way with dancing. You don’t aim at a particular spot in the room because that’s where you will arrive. The whole point of the dancing is the dance.

 

But we don’t see that as something brought by our education into our everyday conduct. We have a system of schooling which gives a completely different impression.

 

It’s all graded and what we do is put the child into the corridor of this grade system with a kind of, “Come on kitty, kitty, kitty.” And you go onto kindergarten and that’s a great thing because when you finish that you get into first grade. Then, “Come on” first grade leads to second grade and so on. And then you get out of grade school and you got high school. It’s revving up, the thing is coming, then you’re going to go to college… Then you’ve got graduate school, and when you’re through with graduate school you go out to join the world.

 

Then you get into some racket where you’re selling insurance. And they’ve got that quota to make, and you’re gonna make that. And all the time that thing is coming – It’s coming, it’s coming, that great thing. The success you’re working for.

 

Then you wake up one day about 40 years old and you say, “My God, I’ve arrived. I’m there.” And you don’t feel very different from what you’ve always felt.

 

Look at the people who live to retire; to put those savings away. And then when they’re 65 they don’t have any energy left.

 

They’re more or less impotent. And they go and rot in some, old peoples, senior citizens community.

 

Because we simply cheated ourselves the whole way down the line.

 

We thought of life by analogy with a journey, with a pilgrimage, which had a serious purpose at that end, and the thing was to get to that thing at that end. Success, or whatever it is, or maybe heaven after you’re dead.

 

But we missed the point the whole way along.

 

It was a musical thing, and you were supposed to sing or to dance while the music was being played.”

 

https://wfa.life/blog/2016/09/29/alan-watts-why-your-life-is-not-a-journey/

 


 

L'existence, l'univers physique, est fondamentalement ludique. Il n'y a aucune nécessité pour cela. Cela ne va nulle part. C’est-à-dire qu’il n’a pas de destination à atteindre. Il est mieux compris par une analogie avec la musique. Parce que la musique, en tant que forme d'art, est essentiellement ludique. Vous dites que vous "jouez" du piano. Vous ne travaillez pas le piano. Pourquoi?

 

La musique diffère, par exemple, des voyages. Lorsque vous voyagez, vous essayez d'aller quelque part. On ne fait pas de la fin de la composition le but de la composition. Si tel était le cas, les meilleurs chefs d'orchestre seraient ceux qui jouent le plus rapidement, et il y aurait des compositeurs qui n'écrivaient que des finales. Les gens allaient aux concerts pour entendre un accord qui s’écrasait, car c’est la fin! Même chose pour la danse: vous ne visez pas un endroit particulier de la pièce où vous devriez arriver. Le point essentiel de la danse est la danse.

 

Mais nous ne voyons pas cela comme quelque chose que notre éducation a apporté à notre comportement quotidien. Nous avons un système d’enseignement qui donne une impression complètement différente. Tout est classé et, ce que nous faisons, nous plaçons l’enfant dans le couloir de ce système scolaire avec une sorte de: «Allons, chaton, chaton, chaton!». Vous allez à la maternelle, et c’est une bonne chose, car quand vous avez fini, vous aller en première année. Et puis, allez, la première année mène à la deuxième année et ainsi de suite, puis quand tu sors de l’école, tu vas au lycée, et ça se prépare, la chose arrive, et ensuite tu vas à la fac et jove, tu entres aux etudes superieures, et quand tu as fini avec les etudes superieures, tu sors et rejoins le monde. Ensuite, vous vous retrouvez dans une zone où vous vendez de l’assurance, et ils ont ce quota à faire. Et vous allez faire ça.

 

Et tout le temps cette chose arrive! Ça arrive! Ça arrive! Cette grande chose! Le succès pour lequel vous travaillez! Et puis un jour, à l’âge de quarante ans, vous vous réveillez et vous dites: «Mon Dieu, je suis arrivé! Je suis là! »Et vous ne vous sentez pas très différent de ce que vous avez toujours ressenti.

 

En fonction des attentes, regardez les personnes qui vivent à la retraite et mettez ces économies de côté. Et puis, quand ils ont soixante-cinq ans, ils n’ont plus d’énergie, ils sont devenus impuissants et ils vont pourrir dans une communauté de personnes âgées.

 

Et c’est parce que nous nous sommes trompés tout le long de la ligne. Nous avons pensé que la vie par analogie était un voyage, un pèlerinage, avec un objectif sérieux à la fin et que le but était d'atteindre ce but: le succès, ou quoi que ce soit, ou peut-être le paradis après votre mort.

 

Mais, nous manquons le point tout au long du chemin. C'était une musique, et vous étiez censé chanter ou danser tout au long de la musique.

 

Alors, creusons un peu cela.

 

J'ai déjà travaillé pour Bronnie Ware. C’est une travailleuse des soins palliatifs qui, et elle a dit que la plupart des regrets se résumait à cinq choses:

 

1. J'aurais aimé avoir le courage de vivre une vie fidèle à moi-même et non celle que les autres attendent de moi.

2. J'aurais aimé ne pas avoir travaillé aussi dur.

3. J'aimerais avoir le courage d'exprimer mes sentiments.

4. J'aurais aimé rester en contact avec mes amis.

5. Je souhaite que je me sois laissé plus heureux.

 

Ces opportunités se présentent chaque jour devant nous. Aujourd'hui, vous pouvez vivre une vie fidèle à vous-même. Aujourd'hui, vous pouvez choisir de ne pas travailler si dur. Aujourd'hui, vous pouvez choisir d'avoir le courage d'exprimer vos sentiments à quelqu'un. Aujourd'hui, vous pouvez entrer en contact avec des amis anciens et nouveaux. Aujourd'hui, vous pouvez vous laisser être plus heureux.

 

Pouvez-vous noter quelque chose que toutes ces choses ont en commun? Ils ne nécessitent pas d’argent de poche. Vous n’avez pas besoin de beaucoup d’argent pour vivre une vie fidèle à vous-même. Vous n’avez pas besoin d’argent pour exprimer vos sentiments à quelqu'un. Vous n’avez pas besoin d’argent pour entrer en contact avec des amis, anciens ou nouveaux. Vous n’avez pas besoin d’argent pour vous permettre d’être plus heureux.

 

Ce cinquième, ne travaille pas si dur? C’est peut-être le plus pernicieux de tous, car les gens ont tendance à travailler dur pour gagner beaucoup d’argent, et il s’est avéré que. Il n’achète pas ce que les gens veulent en fin de vie.

 

Quand je repense aux 40 ans de ma vie, la période la plus malheureuse que j'ai vécue a été celle où je travaillais incroyablement fort et dépensais chaque centime que je gagnais en cours de route. Je ne construisais pas de nouvelles amitiés significatives et laissais les anciennes amitiés s’atrophier. Je rassemblais beaucoup de sentiments à l'intérieur. Je n'arrêtais pas de me dire que j'étais heureux et que j'allais être heureux, mais ce n'était pas le cas.

 

Ce n’est que lorsque j’ai abandonné une grande partie de cette façade que les choses se sont améliorées et cela a commencé par une réduction drastique de mes dépenses. Cela allégeait tellement la pression de travailler si durement; Je travaille toujours efficacement, mais j’ai le temps pour mes passe-temps et pour ma famille et pour mes bons amis, et il n’ya pas d’argent au monde qui me donne envie de perdre ce temps encore. Ma vie est devenue beaucoup moins stressante, je n’avais plus de soucis d’argent.

 

C’est ce genre de choses – temps passé à construire des amitiés et à en nouer de nouvelles, temps consacré à des tâches qui vous intéressent vraiment, travail consacré à un travail qui vous tient à cœur, temps passé sans stress financier omniprésent à respirer par-dessus votre épaule, temps passé à vous sentir bien sont plutôt que de vous façonner en quelque chose qui ne plaise pas à vos clients, à vos collègues, aux patrons et aux personnes avec qui vous pensez être censé avoir des relations sociales – c’est ce dont parle Watts. C'est danser. C'est de la musique. C’est dire que la vie doit être vécue en chemin, au lieu d’espérer que vous atteignez une destination incroyable qui n’arrivera jamais.

 

Vivez aujourd'hui, pas en dépensant de l'argent, mais en ne le dépensant pas. L’argent n’achètera rien qui vous rendra vraiment heureux. Vivez aujourd'hui en vous procurant un vieil ami. Vivez aujourd’hui en faisant ce que vous avez bourré au fond de vous-même, car vous ne pensez pas qu’il sera approuvé par les personnes que vous pensez pouvoir impressionner. Vivez aujourd'hui en écrivant une lettre à un ancien mentor qui a changé votre vie ou à un enseignant qui comptait vraiment pour vous. Dites à quelqu'un que vous les aimez. Montez de la musique et dansez un peu. Rire. Cri. Pense. Tous les jours.

 

Remplissez votre vie avec ces choses au lieu de celles que vous achetez au magasin. Prenez cet argent que vous ne dépensez pas et utilisez-le pour déverrouiller les menottes de votre vie, celles qui vous tiennent enchaînés à un emploi, celles qui vous font peur à votre patron, celles qui vous stressent pour de l'argent.

 

N'oubliez pas que le conseil de vivre aujourd'hui comme s'il n'y avait pas de lendemain n'a rien à voir avec les achats, car le genre de joie et de sens qui découle du fait de vivre d'une manière qui efface ces regrets ne s'achète pas sur Amazon. On ne le trouve pas sur le câble de base.

 

C’est ce que vous faites en faisant des choses que vous aimez vraiment, au fond de vous, indépendamment de ce que les autres pensent. On le trouve dans des relations solides avec d’autres personnes. Il s’agit d’avoir le courage de partager ses pensées et ses sentiments. On le trouve simplement en choisissant d’être heureux à propos de certaines choses. Ces choses ne vous obligent pas à dépenser de l’argent, alors utilisez-les pour vous rendre aussi libre que possible. Débarrassez-vous des dettes. Donnez-vous une base financière pour que vous ne soyez plus jamais sous la coupe d'un patron, pour que vous n'ayez plus jamais à ressentir de stress financier.

 

Vous ne trouverez rien de tout cela sur les étagères de votre cible locale.

 

Ref ; https://www.apeas.fr/actualites-economiques/largent-et-la-musique-de-la-vie/

 

---
Categories : Life purpose    Themes : Wisdom
Share |
add a comment...

0 Comment

Leave a Comment