Discovering what life is about

Le Money Management, une méthode de gestion du risque qui permet de maximiser les chances de réussite

Le Money Management une methode de gestion du risque qui permet de maximiser les chances de reussite Money Management, une approche simple mais, d’une efficacité redoutable, encore faut-il avoir le courage de s’y tenir

money management la clef de la réussite

Le money management est la technique qui consiste en la gestion de son capital ou encore de la gestion du risque qu’encourt chaque trader ou investisseur lors d’une opération sur les marchés financiers.

Le money management est aussi important sinon plus que l’analyse technique ou fondamentale d’une valeur , bien que l’un ne va pas sans l’autre , ils sont complémentaires. On a déjà vu des traders avoir de nombreuses positions gagnantes et avoir en fin de course un portefeuille dans le rouge.

Par exemple , un trader doit savoir quel part de son capital il est prêt à risquer lorsqu’il prend position. Une fois les titres en portefeuille , comment va t-il gérer son objectif afin d’optimiser ses gains ? Faudra t-il mettre un stop loss?

10 règles incontournables pour survivre dans l’univers boursier

Il s’agit certes d’un grand classique, mais il est toujours bon de se remémorer ces 10 règles qui vous permettrons de réussir en bourse et d’éviter les nombreux pièges. Avoir un trading gagnant et un portefeuille dans le vert et le but recherché par tout trader. Vous aussi vous pouvez devenir un expert en bourse, pour cela commencez par lire ce règlement et relisez le aussi souvent que nécessaire. Vous vous rendrez vite compte que l’obtention d’une moins value au sein de votre portefeuille proviendra par le non respect d’au moins une de ces règles.

Règle n°1 : disponibilité du capital

Le capital est le poumon du trader. En fonction des aléas du marché, le capital pourra s’accroître ou se réduire. C’est la raison pour laquelle il est impératif de consacrer à la bourse que les sommes dont on ne risque pas d’avoir besoin à court ou moyen terme.

Règle n°2 : la diversification

La diversification est capitale pour limiter les risques. On n’est jamais à l’abri d’une « news » qui pourrait impacter négativement le titre sur lequel vous êtes à l’achat. Cependant être trop diversifié rend plus difficile la gestion de votre compte et le temps consacré à l’analyse. L’idéal pour un trader expérimenté est d’avoir une dizaine de lignes avec un suivi quotidien. Un investisseur plutôt moyen/long terme pourra aller jusqu’à vingt lignes avec un suivi hebdomadaire.

Règle n°3 : ayez un plan d’action

De la même façon que vous ne vous lanceriez pas à l’aventure dans le désert sans boussole, n’allez pas en bourse sans un plan d’action.
Il est impératif que vous sachiez comment appréhender le marché en fonction de son contexte. N’utilisez pas la même méthode d’achat entre un marché en phase 2 (Stan Weinstein) et un rebond technique haussier intervenant après une forte baisse de phase 4. Même si dans les deux cas il s’agit d’une hausse dans laquelle on peut tirer profit, l’approche n’est pas la même, alors constituez vous un carnet de bord qui vous évitera dans le temps bien des déboires.

Règle n°4 : acceptez les risques

Acheter des actions vous expose aux évolutions erratiques du marché et comme personne ne gagne jamais en permanence en bourse, soyez prêt à encaisser des pertes au sein de votre portefeuille action, mais il ne faut pas que le critère « risque » constitue un frein à votre trading. Les meilleurs traders n’ont à peine plus d’un trade sur deux de gagnant, pourtant ils génèrent de gros profits grâce à un excellent money management. En appliquant rigoureusement un bon money management, vous maîtriserez le risque et vous pourrez intervenir en bourse plus sereinement.

Règle n°5 : maîtriser les risques

La maîtrise du risque provient principalement par le fait que vous devez maîtriser l’évolution du cours de bourse de votre action. Votre action doit en permanence être encadrée par un objectif et un stop loss. Ne laissez jamais votre capital partir à la « dérive ». Si votre action atteint votre objectif, vendez ! les arbres ne montent pas jusqu’au ciel, alors prenez vos bénéfices. Si par contre l’action se retourne brusquement, ayez toujours un stop loss qui vous protégera du pire.
Déffinissez vos objectifs et vos stop loss hors séance boursière, afin de ne pas subir la pression psychologique du marché. On travaille toujours mieux à tête reposée.

Règle n°6 : privilégiez l’analyse graphique et technique

Le meilleur moyen d’acheter lorsque les prix sont au plus bas est certainement d’acheter en utilisant l’analyse graphique et technique qui vous informera si une configuration de reprise se met en place. Commencez par de petits trades avec une unité temps inférieure à celle que vous utilisez habituellement. Par exemple, si vous trader en journalier, utilisez l’unité temps 60 minutes (UT60). Si la tendance se confirma à long terme, retournez sur une UT daily.
Evitez de suivre les recommandations liées à une approche fondamentale. Il existe un décalage d’au moins 6 mois entre la réalité du marché et les données fondamentales. De plus, cela vous évitera de suivre une règle inutile qui consiste à moyenner à la baisse. Dans 9 cas sur 10 vous en sortirez perdant principalement si le marché est en phase baissière long terme comme de 2000 à 2003.
A l’inverse, quand le marché arrive à la fin d’un mouvement fortement haussier, vous pourrez alors commencer à concrétiser votre plus-value, en procédant à des ventes partielles pour accompagner le mouvement haussier final avant même que les stop loss se déclenchent.

Règle n°7 : prenez votre temps

L’image du parfait trader que l’on se fait est souvent celle de celui qui trade 9 heures par jour et 5 jours par semaine non stop. Cependant, toutes les périodes ne sont pas bonnes à trader, et l’image de ce trader « parfait » n’est probablement pas la plus rentable. Il est préférable de se concentrer sur les périodes de tendances fortes quitte à surpondérer son portefeuille avec quelques opérations au SRD, et de laisser à l’écart les périodes de range trading. C’est effectivement dans ces périodes que l’on rend une grande partie des plus values gagnées lors des tendances fortes. Le monde de la finance n’est pas facile, alors mettons toutes les chances de notre coté.
Rester provisoirement à l’écart du marché n’est certainement pas un signe de faiblesse, au contraire, il s’agit d’une grande sagesse qui n’est peut être pas offerte à tous. La cupidité fait partie des ennemis du trader.

Règle n°8 : la fiscalité

N’adaptez pas votre trading en fonction de votre fiscalité. Pensez d’abord à vous enrichir. Il serait bien dommage de passer à coté d’une très belle plus value sous prétexte que vous ne souhaitez pas dépasser votre seuil d’imposition. Par la suite, vous pourrez avec vos gains investir dans des produits offrant des avantages fiscaux si c’est le but recherché.
Connaissez vous le fameux dicton « on ne perd pas tant qu’on n’a pas vendu »? et bien c’est complètement FAUX. En fait, ce n’est valable que d’un point de vue fiscal, mais n’oubliez pas que si vous devez vendre c’est au dernier cours de bourse.
Donc si par exemple vous avez réalisé un achat à 5€ par titre et que ce dernier revient à 6€ après avoir coté 8€ au plus haut , sachez que c’est 2€ de plus value latente par titre qui s’évapore de votre compte. En effet, une vente à 8€ aurait figé votre plus value qui serait devenue bien réelle sur votre compte.

Règle n°9 : évitez les produits dérivés

Les produit dérivés sont à la mode actuellement. Warrants, certificats bear, turbo, trackers, CFD, etc… Qui n’a jamais rêvé de gagner 200% en 24 heures?. Cela est effectivement possible et c’est bien là le piège… car vous ne pourrez jamais gagner de telles plus values en permanence. Ces produits s’apparentent bien plus à la loterie qu’à une véritable stratégie gagnante. La variation tellement rapide de ces produits vous mettrons plus vite sur la paille qu’il ne vous aura fallu de temps pour même l’imaginer, et il serait bien dommage de réduire à zéro vos plus values engrangées à la sueur de votre travail en à peine quelques heures.
Vous n’êtes pas découragés? alors ne placer pas plus de 5% à 10% de votre portefeuille sur ce genre de produit. Au fait!, j’espère que vous êtes un trader avisé…

Règle n°10 : ne perdez pas de vue ces 10 règles

Ref : http://weinstein-forcastinvest.net/une-methode-de-gestion-du-risque-qui-permet-de-maximiser-les-chances-de-reussite/


Introduction
Voici une technique dont on entend parler de temps en temps par les plus expérimentés mais qui n’est pas connue par beaucoup de monde, c’est le money management. Je crois personnellement que c’est la technique la plus importante que le trader sérieux doit maîtriser, peu importe qu’il soit un mordu de l’AT ou un fondamentaliste, ou qu’il soit Bear ou Bull :

La première fois que j’ai entendu parler du money management, je n’étais pas prêt à me faire dire que c’était plus important que le choix de l’entreprise sur laquelle je vais investir, et je suis certain que plusieurs d’entre vous allez être aussi sceptiques que je l’étais.

Je peux vous dire que j’ai bien changé d’avis depuis ce temps là et que le money management m’a permis à plusieurs reprises de me sortir de mauvais pas et que maintenant il fait partie intégrante de mon système de trading.

Qu’est-ce que le money management ?
Le money management vous permet de gérer efficacement vos positions du début jusqu’à la sortie en vous disant combien investir, quand encaisser vos profits ou accepter une perte, quand augmenter votre position ou la diminuer.

Cette technique est utilisée autant au niveau défensif qu’offensif.

Plusieurs d’entre vous utilisez déjà un outil défensif du money management sans savoir que vous faites du money management, cet outil est le stop de protection, mais vous allez voir que le money management est bien plus que ça.

Je n’ai pas la prétention de vouloir passer à travers de tout le sujet, alors voici simplement les principales notions :

Le ratio rendement versus risque :
Il doit être à un minimum de 2 :1, préférablement 3 :1 et plus. Autrement dit, si on risque de perdre 1$ sur une trade, on devrait pouvoir faire en moyenne au moins 2$ de gains.

Stop de protection :
Son utilisation sera essentiellement pour protéger des profits papier ou un manque d’attention dans une période critique.
Dès que l’on achète, on place un ordre de vente stop de protection un tick au-dessous du plus bas du jour ou de celui de la veille, en choisissant la plus basse de ces deux mesures. Amenez votre stop au niveau de votre point mort sur la position dès que le marché avance dans votre sens.
Ensuite, la règle de base est de déplacer votre stop de façon à protéger approximativement 50% de vos profits papier.
La distance entre le point d’entrée et le niveau du stop protecteur ne devrait jamais être supérieure au 1.5% du capital de trading.
Le stop de protection doit être utilisé surtout sur des titres qui ont un volume respectable sinon vous risquez de vous faire ramasser par un gros joueur ou un market maker.

La prise de position :
Il faut d’abord déterminer ce qu’est une position pour vous, en ce qui me concerne, c’est 1k (1000 actions), mais ça peut-être n’importe quoi comme par exemple un montant fixe ou un pourcentage de votre capital.

- Pleine, si on est certain de la tendance.
- Demie ou tiers de position, s’il y a un doute, et le reste de la position pourra être pris à mesure que le titre aura progressé comme prévu.

Dans les deux cas on pourra pyramider notre position en y ajoutant un tiers, une demie ou une pleine position si l’avancée du titre est forte et sans équivoque.

Quelques règles :
1- Le montant maximal de perte d’une simple transaction sera de 1.5% du capital de trading (Ex : pour 100k$ = 1 500$) incluant les frais de transactions et les écarts d’exécution.

2- Un mauvais mois ne devrait jamais enregistrer une perte supérieure à 8%. Sinon arrêtez tout et repensez votre système de trading.

3- Ne jamais faire de moyennes à la baisse. Deux mauvaises décisions n’en font pas une bonne. Ne pas confondre avec pyramider.

4- Si on se trouve dans l’obligation de s’alléger, toujours liquider notre plus mauvaise position.

5- La première erreur est celle qui coûte le moins cher.

6- On peut pyramider ses gains en augmentant la taille de sa position au fur et à mesure que la transaction va dans notre sens.

7- Ne jamais tout mettre sur un seul titre, il faut répartir son risque.

La sortie :
- Par le stop de protection ou sur intervention directe.

- Si le titre ne réagit pas comme prévu, on diminue notre position ou on sort immédiatement.

- On ne sort pas en catastrophe (market) à l’ouverture du marché, trop dangereux pour les écarts d’exécution.

Perte en capital versus % de gain pour récupérer :

Comme vous pouvez le remarquer, le pourcentage de gain pour récupérer la perte augmente beaucoup plus rapidement que le pourcentage de perte.
Pour une perte de 50% de votre capital, il vous faudra faire 100% de gain pour la récupérer, et vous n’aurez pas encore fait de profits.

Position en corrélation :
Si on a des positions dans heating oil, crude oil et unleaded gas, en réalité on a pas 3 positions différentes. Parce que ces secteurs sont hautement en corrélation (leurs prix varient de façon similaire), on a donc 3 positions dans l’énergie avec 3 fois le risque de une position. C’est l’équivalent d’avoir 3 crude, 3 heating oil, ou 3 unleaded gas.

Il y a des tonnes de stratégies à développer à l’aide des principes que je vous ai énumérés et ces stratégies devront être montées selon chacun votre façon de trader.

Ce qu’il faut retenir de tout ça, c’est qu’il faut calculer le risque de chaque position, bien faire attention aux secteurs choisis si on veut diversifier, ne prendre des pleines positions que lorsque l’on est certain de la direction du marché ou du titre, effacer de notre mémoire plusieurs mauvaises techniques dont la « moyenne à la baisse » ou encore la « sortie ou l’entrée market à l’ouverture du marché en catastrophe » qui ont fait tant de mal à de nombreux traders.

Je ne m’attends pas à ce que vous soyez nombreux à vous intéresser à ce genre de technique, mais pour celui qui est suffisamment avancé dans la conception de son système de trading, il y reconnaîtra certainement tout le potentiel.

Je sais que c’est un peu trop court et que ça aurait demandé plus d’exemples, mais je voulais simplement exposer les principes de base.

__________________
Mon humble opinion
FrancLoup


---
Categories : Finance    Themes : Investing
Share |
add a comment...

0 Comment

Leave a Comment


Warning: fsockopen(): php_network_getaddresses: getaddrinfo failed: Name or service not known in /homepages/34/d189745708/htdocs/enote/engine/core/seo-ping.php on line 31

Warning: fsockopen(): unable to connect to rpc.weblogs.com:80 (php_network_getaddresses: getaddrinfo failed: Name or service not known) in /homepages/34/d189745708/htdocs/enote/engine/core/seo-ping.php on line 31