Discovering what life is about

La fiabilité d'être un investisseur « contrarian » en image

La fiabilité d'être un investisseur « contrarian » en image

Monday 21 September 2009
Par Forcast

Les marchés financiers suivent des cycles fondamentaux et tendent à les exagérer, créant ainsi des inefficiences, sources d'opportunités.
Un investisseur "contrarian" prendra position contre le marché (acheteur après la baisse et vendeur après la hausse) pour exploiter ces inefficiences, au risque d'arriver trop tôt

Voici un graphique de chez NDR montrant que cette approche peut vous rendre service

La fiabilite d etre un investisseur contrarian en image


Quelques autres indicateurs utiles pour cette approche

External signals
1) Sentiment Surveys: AAII Bull/Bear; II Newsletter
2) Pimco Total Return Bond Fund surpasses Vanguard S&P500 fund to become the largest mutual fund (October 2002)
3) Individual Short Speculators surpass Commercial Short Traders
4) The Magazine cover indicator
5) Consumer Confidence reaches multi year low
6) Equity fund flows
7) Morningstar recognizes a new fund category: The Bear Funds
8) Financial Media Closings
9) Congress investigates Hedge Funds and Short Selling
10) Death of the IPO market

Internal signals
1) Put/Call Ratio (10 day moving average)
2) VIX
3) Percentage of NYSE stocks above their 40 day moving average:
4) ARMS index
5) Net New Highs (high/low index)
6) A/D line
7) 9-1 volume days
8) +/- 20% from 200-day moving average
9) DJIA/Nasdaq ratio
10) Smart Money Index


L'avis de philippe
L'esprit de contradiction

Pour certains investisseurs, l'approche "contrarian" qui consiste à aller à l'encontre du marché et acheter des actions en défaveur est LA façon intelligente d'investir en bourse. Le célèbre gestionnaire de fonds David Dreman est considéré comme le pape de cette approche. Acheter au son du canon et vendre au son du violon est le mantra de ce type d'investisseur.

Dans son excellent livre "The inner game of investing", Derrick Niederman trace un portrait plutôt caustique de l'investisseur contrarian. Selon lui, investir à contre-courant demande un ego très fort et une bonne dose d'entêtement. Il ajoute que l'investisseur contrarian agit différemment de la majorité car il se croit plus intelligent que la moyenne et qu'il aime se percevoir comme un être d'exception ! Ouch ! Son jugement est peut-être trop dur et verse un peu dans la psycho-pop mais il porte quand même à réfléchir...

À mes débuts en bourse, je pensais moi aussi que l'approche contrarian était "the name of the game". Je me méfiais des titres populaires qui étaient probablement sur-évalués et ne pouvaient être de bons placements. Puis, j'ai réalisé que la plupart des grands succès boursiers étaient des titres qui avaient toujours été "populaires". Microsoft et Starbucks étaient déjà des coqueluches du marché dans les années 80. Ce statut de vedette boursière ne les a aucunement empêché de récompenser fortement leurs actionnaires dans les années 90 ! À éviter systématiquement les titres populaires, on risque de passer à côté de grandes occasions.

En fait, la popularité (ou l'impopularité) d'un titre est sans importance. Ce qui compte, c'est de faire l'évaluation la plus juste possible de son potentiel de croissance. "Que la foule soit en accord ou non avec vous ne vous donne ni tort ni raison", a déjà dit Warren Buffett ! L'indépendance d'esprit, ce n'est pas d'avoir une opinion contraire à la majorité. C'est être capable de se forger une opinion sans se soucier de faire partie ou non du courant majoritaire. Ça peut être dur à accepter pour les investisseurs contrarian mais la foule a parfois raison !


http://entrepreneurboursier.blogspot.com/2008/03/lesprit-de-contradiction.html





Ref : http://weinstein-forcastinvest.net/la-fiabilite-d%E2%80%99etre-un-investisseur-%C2%AB-contrarian-%C2%BB-en-image/


---
Categories : Finance    Themes : Timing
Share |
add a comment...

0 Comment

Leave a Comment